La mare de Chauzanaud Enregistrer au format PDF

Chauzanaud est un des derniers villages typiques de la commune dans lequel subsistent encore de nombreuses constructions du 17e siècle mais aussi un patrimoine paysan plus récent (fin 19e) non moins intéressant car témoin du passé agricole de notre territoire On peut aussi y voir de nombreux fours à pains et puits ou citernes en forme de puits.

Dans le passé, il n’y avait point d’eau sur ce plateau rocheux et les habitants avaient dû se doter de citernes pour récupérer les eaux de pluie pour leur consommation personnelle. Un seul puits communal existait alors dans un vallon, distant de 300 mètres du centre du hameau, où les habitants se rendaient à pied avec deux seaux et un cerceau pour y puiser le précieux liquide.

Mare Chauzanaud années 80
Mare Chauzanaud années 80

Il existait aussi une mare publique, seul point d’eau commun ou l’on pouvait faire boire le bétail ; elle était alimentée par les eaux de ruissellement qu’elle régulait. Chaque soir, les habitants s’y retrouvaient pour abreuver ânes, moutons ou bovins.

Les jeunes venaient y tremper leur fil pour attraper tanches ou carpillons. Et tout un écosystème s’y développait : plantes enracinées ou flottantes, batraciens, insectes, mollusques et oiseaux

Elle était entretenue avec soin, car elle conditionnait véritablement la survie des exploitations agricoles du hameau. Elle représentait une réserve d’eau importante en cas d’incendie.

La mare publique de Chauzanaud faisait partie intégrante du village, depuis plusieurs siècles. C’était un élément fort du patrimoine communal qui contribuait à donner son authenticité et sa personnalité au village. On l’appelait «  le Lac »

Au fil du temps son rôle premier disparu, et dans les années 2000 elle n’était plus qu’un « no man’s land » difforme, abandonné aux ronces et délaissé par la Commune.

Malheureusement, à la demande des riverains, qui avaient oublié qu’elle fut source de vie et de prospérité pour leurs propres parents, elle fut comblée.

Demeurée propriété communale elle fut ensuite aménagée en 2012 en aire de détente pour les habitants et les randonneurs. Un panneau d’interprétation rappelle sa présence et ses fonctions quelque peu oubliées.

Un peu d’histoire

Autrefois et depuis bien longtemps,les mares étaient très fréquentes dans nos campagnes, car elles répondaient à de nombreux besoins .

Pour abreuver le bétail Pour le rouissage du lin ou du chanvre Pour la baignade Pour la vannerie Pour le brassage du cidre Pour une réserve en cas d’incendie Pour y élever des poissons et des canards Pour laver le linge voire y faire la toilette

Aujourd’hui les besoins ont changé, la vie s’est modernisée et les mares ont beaucoup moins d’utilité pour les hommes. Beaucoup sont donc bouchées et certaines servent même de dépotoir. D’autres sont simplement abandonnées. Or une mare qui n’est plus entretenue disparaît rapidement sous la végétation. Ces petites pièces d’eau doivent en effet être régulièrement curées afin de les maintenir en « vie ».

Même si la mare ne répond plus aux besoins d’antan, elle présente encore de multiple intérêts qu’il est temps de prendre en compte avant qu’il ne soit trop tard. Tout d’abord, elles sont le témoins d’une activité passée, comme le sont les lavoirs, les fontaines, les vieux fours… et s’inscrivent donc dans le petit patrimoine local. Elles jouent un rôle hydrologique important en collectant les eaux de pluie et participent ainsi à la lutte contre les inondations. Elles participent aussi à l’enrichissement du paysage, aujourd’hui de plus en plus monotone. Elles constituent un lieu d’observation et d’émerveillement, d’apprentissage, de détente pour de nombreuses personnes. Elles accueillent une flore et une faune très riche dont plusieurs espèces sont menacées et dépendent de ces petites pièces d’eau.