La presse en parle : La commune délaissée par son médecin

L’année commence mal pour les Savignacois. Depuis le 1er janvier, la commune n’a plus de médecin. Naomi Schillinger qui officiait depuis 2013 est partie pour aller s’installer à Excideuil, à 15 kilomètres. Et les habitants ont été pris au dépourvu comme à la pharmacie. Car qui dit plus de médecins, dit aussi une pharmacie en péril. D’autant que celle du village était en vente et un repreneur a pris les rênes depuis le début du mois. « On a été averti en novembre, mais la reprise était déjà signée, affirme l’ancienne pharmacienne, Catherine Giraud. C’était la douche froide, on ne pensait pas qu’elle partirait ». Les patients se sont rendus à la pharmacie chercher leurs médicaments quotidiens, déboussolés. Recherche médecin désespérément. Ce départ soudain est en tout cas un coup dur pour la commune qui avait peiné à en recruter un. L’ancien maire Yveline Lopes, s’était même adressée à une société de recrutement médical. Et la pilule est dure à avaler pour tous. Même si Evelyne Roux, maire de Savignac, a refusé hier de s’exprimer sur le sujet. Il y a donc urgence à trouver un nouveau praticien. Le plus proche aux alentours étant situé à au moins 6 km, à Sarliac, Sorges ou Cubjac. Jeune docteur en médecine, Naomi Schillinger avait accepté le défi d’une première installation à Savignac en janvier 2013. Pour faciliter son installation, elle bénéficiait d’une subvention de la commune, d’une durée de cinq ans. Nous n’avons malheureusement pas réussi à la joindre hier, pour connaître ses motivations. Il s’agit juste d’un transfert de cabinet Du côté d’Excideuil, où elle est désormais installée, Annie Sedan, la maire, précise que la médecin ne touche rien de la commune et qu’elle n’a bénéficié d’aucun moyen pour s’installer. « Je ne l’ai même pas sollicitée, c’est elle qui a fait le choix de transférer son cabinet car elle a plus de patients sur Excideuil ». La jeune généraliste s’est installée dans les anciens locaux d’une pharmacie. Deux autres médecins sont déjà présents, en attendant la venue d’un autre professionnel, à la maison de santé à la fin de l’été.

A. S. source DL

860_img_1373 860_img_3767 860_img_3770

Documents à télécharger